Le club rassemble des informations sur la coutellerie grâce à la participation des passionnés des lames.Si vous voulez nous faire part d'un sujet qui vous tient à coeur, N'hésitez pas à nous écrire.
le club laguiole

De la barre d'acier au couteau

1 L'ACIER

Le tronçonnage : Consiste à découper les barres d'acier à longueur donnée,on obtient ainsi un crampon (lopin), cette opération n'est effectuée que si la lame est forgée.

Le forgeage : Mise en forme du métal à chaud (lame de couteau professionnel ...) ou à froid(monobloc, ciseaux). Cette opération est suivie du détourage et du repassage qui permet de rendre la lame absolument droite à l'aide du marteau-pilon.

Le découpage : Découpage sur presse de la lame dans l'acier.

2 LE TRAITEMENT THERMIQUE

Il permet aux lames en acier d'acquérir la dureté nécessaire. La lame est soumise à deux séries de variation thermique

La trempe : Chauffage et refroidissement rapides qui durcissent le métal jusqu'à devenir cassant. La trempe a pour but d'accentuer les propriétés mécaniques d'un acier .Elle a donc pour effet,

- d'une part, d'augmenter la résistance à la rupture et la dureté,

- d'autre part de diminuer la résilience (faculté de déformation), et l'allongement.Aussi, existe-t-il différents procédés de trempe : froide ou ordinaire, demi-chaude, chaude, martensitique, bainitique ou encore sous atmosphère adaptée.

Le revenu : Chauffage et refroidissement plus lents qui redonnent à la lame sa souplesse et permettent son usinage. Cette opération homogénéise les structures et stabilise les propriétés mécaniques du métal. Plus généralement, elle tempère les effets de la trempe et la fragilité due à celle-ci en faisant apparaître les tensions internes ; cela a pour effet de diminuer la dureté et la résistance à la rupture et d'augmenter la résilience et l'allongement.

3 PRODUCTION DE LA LAME

Le façonnage du tranchant : Il s'agit de donner à la lame le tranchant que l'on souhaite suivant le type de couteau.

Le dressage : Effectué au marteau ou avec des machines spéciales, cette opération corrige les déformations subies pendant le traitement thermique, elle est seulement pratiquée pour certains articles professionnels de qualité.

L'émouture : Opération très importante qui permet de rectifier les deux faces de la lame à l'aide de machines spéciales. Émoudre, c'est donner à l'acier de la lame la forme qui le rendra coupant.  Ce travail mécanique est principalement exécuté de nos jours par des machines, de gros " lapidaires "  équipés de meules en matériaux de synthèse qui enlèvent le métal sur les flancs de la lame afin de l'amener à son épaisseur quasi définitive. Cette opération requiert une grande attention de la part de l'exécutant : le défilement de la meule, ainsi que la pression exercée peuvent changer considérablement la qualité du tranchant, faisant apparaître ce que l'on appelle dans le langage professionnel des " tapures " d'émouture, ou points de surchauffe du métal, qui entraînent la formation de micro-criques très néfastes pour la qualité de la coupe.

Le crantage : Permet la réalisation de la denture ou de la micro-denture des lames. Peut s'effectuer sur une seule face ou sur les deux faces (meilleur tranchant).

4 FINITION DE LA LAME

Le polissage et l'émerissage : Ils permettent, en utilisant des grains abrasifs de plus en plus fins, d'obtenir le poli désiré : poli mat, poli satin, poli miroir. On utilise généralement des outils spéciaux (polissoirs). On peut également, pour cette opération, faire appel à la tribofinition.

L'affûtage : Donne à la lame son tranchant définitif.   

Le lavage et le dégressage : Se pratiquent dans des solutions alcalines ou avec des solvants.


L'essuyage : Se pratique au chiffon afin d'assurer une présentation parfaite.

Le marquage : A la frappe avant la trempe, ou électrolytique, sérigraphique, ou par étincelage, ou au laser.

5 LE MONTAGE

Cette opération a lieu généralement après l'émouture.  Il s'agit d'assembler les pièces (couteaux fermants) ou de monter les lames sur les manches, qui ont été, soit emboutis et découpés (manche métal), injectés ou usinés (plastiques) ou façonnés (bois, corne, ivoire).

Suivant le type de couteaux et de matériau utilisé, on effectue, pour le montage du manche :

    - Le rivetage qui souvent a fait place au clipsage.
    - Le surmoulage.
    - Le collage.
    - La soudure, quelquefois par ultrason.