Couteau en acier et carbone

Le club rassemble des informations sur la coutellerie grâce à la participation des passionnés des lames.Si vous voulez nous faire part d'un sujet qui vous tient à coeur, N'hésitez pas à nous écrire.
le club laguiole

Couteau de cuisine entièrement forgé en acier inoxydable et au carbone


Pour recevoir cette appellation la lame, la mitre (partie de métal sur le manche) et la soie (partie du métal dans le manche) doivent être forgés.
L'opération de forge entremêle étroitement les fibres de l'acier et améliore son pouvoir de coupe.
Les matières premières sont choisies parmi les meilleures aciers inoxydables du marché (C50C13).



La lame est la partie la plus importante du couteau de cuisine.
Dans les fabrications bas de gamme soudée ou semi forgée, seule la mitre est forgée. La lame n'est pas forgée, elle est seulement découpée.

1 La forge

Les bandes d'acier sont découpées en lopin calculés aux sections correspondantes à l'article mis en fabrication.
Ces lopins sont disposés dans un four à 1150° afin de rendre l'acier malléable pour pouvoir le forger.
A la sortie du four ils sont placés sur la matrice de la forme du modèle à travailler.
Les lopins rougis prennent en 3 frappes différentes sous la masse du pilon de 1000 kgs de masse tombante la forme du modèle déterminé.

bandes d'acier découpées en lopin

Après cette opération de forge suit une autre série d'opérations :

a) Le recuit

Ces aciers sont très chargés en carbone ( pour une très bonne coupe), un recuit d'adoucissement à 800° et à l'abri de l'air est nécessaire afin de rendre l'acier malléable pour l'opération suivante.

b) Le découpage

La pièce obtenue à la forge étant très grossière, il faut maintenant lui donner la forme exacte du couteau. Pour cela on place l'ébauche sous un découpoir emporte-pièce à la forme de l'article désiré.
La dernière opération consiste à percer la soie pour faire le passage des rivets qui serviront à fixer le manche.

2 La trempe

La trempe est une opération très importante qui consiste à donner la bonne dureté au couteau afin qu'il puisse couper longtemps.
Il faut d'abord redresser le couteau pour qu'il soit le plus droit possible et qu'il ne se déforme pas sous l'action de la chaleur.
Il faut disposer les couteaux d'une façon très précise sur des plaques qui seront alors placées dans un four à 1040°.
Les couteaux ainsi chauffés sont alors sortis du four de trempe et sont plongés dans un bain d'huile pour avoir un refroidissement brutal de l'acier.
Les couteaux sont ensuite remis dans le four pour obtenir une bonne dureté et une certaine souplesse de l'acier.
Cette opération s'appelle le revenu. ( four à 200°)
L'opération de trempe ayant, sous l'action de la chaleur, légèrement déformé le métal du couteau, il faut une nouvelle fois le redresser afin qu'il soit parfaitement droit pour la phase suivante de fabrication.

3 L'émouture et le meulage

L'émouture est également une opération très importante, car il s'agit de meuler la lame du couteau brut et de lui donner la meilleure coupe possible.
La lame est passée a plusieurs reprises dans une machine à émoudre afin d'enlever le maximum de métal par frottement de la meule sur la lame du couteau et d'arriver ainsi à la meilleure finesse du tranchant.
Une autre opération consistera à enlever toutes les rayures provoquées par l'émouture.
Il faut ensuite meuler toutes les parties brutes du couteau afin d'enlever la calamine et les rendre brillantes.  
                     

4 Montage du manche


émouture de la lame

Le montage du manche se fait en assemblant les deux parties. Chacune d'elle est montée sur la soie puis rivetée.

5 Polissage final

Le polissage final est une opération qui demande une très grande qualification professionnelle, car elle consiste à donner aux articles encore grossiers la bonne présentation. On le fait normalement avec une meule de coutelier mais il est également possible de le faire avec des outills de polissage moins volumineux.
Pour cela il faut absolument repolir toutes les parties visibles du couteau avec divers outils de tailles et de formes différentes.

Enfin arrive la dernière opération de fabrication, l'affilage de la lame qui consiste, à l'aide d'une meule, à affiner au maximum le tranchant et donner ainsi au couteau la meilleure coupe.

polissage final du couteau

Le couteau est ainsi terminé. Il sera alors essuyé, marqué sur la lame, puis emballé.

Découvrez notre gamme de couteaux en acier inoxydable pour la table