Fabrication artisanale des couteaux - Couteau Laguiole Actiforge

Nos couteaux sont fabriqués à Thiers, en Auvergne. La tradition coutelière de Thiers date du XVème siècle car la pureté des eaux du Massif Central permettait une qualité exceptionnelle de la trempe de l’acier. La fabrication de couteau s’est certes modernisée mais le couteau Laguiole reste une production artisanale. Nos couteaux sont ajustés à la main selon les méthodes ancestrales. Ils sont garantis à vie.
atelier de fabrication à Thiers

FABRICATION ARTISANALE


La fabrication d'un couteau Laguiole répond à des exigences de qualité.
Nos couteaux sont fabriqués de façon artisanale, ce qui les distingue d’une production industrielle.
La fabrication et l'assemblage du couteau nécessitent plus d'une centaine d'opérations efffectuées par la main d’un professionnel qui contrôle à chaque étape la qualité de son travail.
Les matériaux utilisés sont d’origine française.


Les lames



Les lames des couteaux sont en l’acier inoxydable 12C27, ou à votre demande en acier au carbone.
Cet acier est découpé par une presse.
Elles sont poinçonnées à notre marque. Les lames reçoivent un traitement thermique  qui se fait en deux opérations:
La trempe : Les lames sont chauffées à 1030°et refroidies  brutalement  pour donner de la dureté au métal.
Le revenu : Les lames sont de nouveau chauffées mais refroidies plus lentement pour donner de la souplesse à l’acier. La dureté obtenue est de 52/54 Hrc
Le façonnage : du tranchant est apporté à la lame par l’opération d’émouture. Cette opération leur donne un tranchant idéal.
Elles sont ensuite dressées pour assurer une parfaite planéité.
Les lames sont enfin polies.


Les Platines



Les platines du couteau sont en laiton ou en acier inoxydable.
C’est l’ossature du couteau. Elles assurent la rigidité et la solidité de la fixation des côtes en bois ou corne.
Ces platines peuvent avoir des mitres. Elles sont en laiton massif ou en acier forgé.
La mitre avant supporte l’axe d’articulation de la lame. La mitre arrière protège  le manche des chocs.


Le ressort



Le ressort du couteau Laguiole : 

  • Abeille forgée

L’acier du ressort est chauffé à rouge et mis en forme, corps et abeille, par martelage et ensuite détouré.
Les ornementations, les gravures de lettres sur le ressort sont faites à ce stade car l’acier n’a pas encore sa dureté définitive.
Il est ensuite chauffé dans un four  à plus de 1000° et trempé. Il sort de la trempe couvert de calamine.
Il est poli une première fois.

  • Abeille soudée

Le ressort est découpé, l’abeille rapportée est brasée à chaud sur la pièce.
Il est ensuite chauffé dans un four  à plus de 1000° et trempé. Il sort de la trempe couvert de calamine. Il est poli une première fois.

Abeille ou Mouche ?


L’extrémité du ressort porte une partie plate, la mouche (terme technique de coutellerie). Les premiers couteaux Laguiole n’avaient pas de décoration. Les mouches ont été décorées ultérieurement par une abeille. Elle est devenue le symbole du couteau Laguiole.

Ressort avec butée de lame

La butée de lame est une petite pièce métallique placée dans le système de fermeture afin de protéger la lame du choc contre le ressort. La lame évite ainsi de s’émousser lors d’une fermeture brutale.  


Les manches




Tous les manches des couteaux Laguiole  sont façonnés à la main. Une petite croix orne le manche. C'est la croix du berger. En effet la légende raconte que les bergers isolés dans la montagne priaient devant ce symbole religieux.

  • Les manches en corne ou en os

Les manches des premiers couteaux Laguiole étaient en corne de vache, ou en os. L’élevage de la montagne d’Auvergne fournissait une matière première abondante. Les manches en os ressemblent à l’ivoire. Ils jaunissent légèrement  en vieillissant. La couleur de la corne varie, tout comme la couleur des cheveux. Elle peut être blonde ou noire
La corne se décline en deux qualités:
- La pointe de corne taillée : Seule l’extrémité de la corne est utilisée.
- La corne pressée : Le corps de la corne est utilisé.

  • Les manches en bois

Très vite le bois a complété la gamme des manches.
Seuls les bois très durs peuvent convenir. Un patient polissage à la frotte douce donne son brillant au manche.
Les manches en bois ne sont jamais vernis.
Les bois utilisés sont des bois précieux tels que :
L’ébène, le palissandre, le bois d’olivier, le bois de rose, le bois de violette, le bois d’amourette, le bois de stamina, le wenge. Attention les couteaux en bois et corne craignent l'eau. Le lave vaisselle sera donc à proscrire.

  • Les manches en plexiglas

Le plexiglas est très résistant à l’eau et à la chaleur.
Les plaquettes sont façonnées à la main comme les plaquettes de corne. Les couteaux en plexiglas ont l'énorme avantage de résister au lave vaisselle.